Transports & Activités

Comment se faire surclasser en avion

31

 

Vous avez toujours rêvé de voyager allongé avec tout le confort nécessaire pour que vos X heures de vol passent en un battement d’ailes ? Vous avez toujours rêvé d’arriver frais et dispo à destination avec l’envie de rester attaché rien que pour pouvoir trinquer une fois encore au champagne à plus de 30 000 pieds de haut ?

 


Les business et autres premières classes sont un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre et que même dans le cadre de déplacements professionnel, les entreprises ne sont plus toujours prêtes à payer.
Voici 10 conseils pour transformer votre billet classe éco en ticket pour le 7e ciel – ou comment se faire upgrader en 10 leçons :


1. Voyager seul

 

Simple raisonnement mathématique, se faire upgrader est beaucoup plus facile quand on est tout seul que quand on est beaucoup.
Attention, on pourrait croire qu’être deux, dont un qui a déjà sa place en business, pourrait aider l’autre à y pénétrer, mais c’est plutôt le cas contraire qui se produit. Si vous tenez à voyager ensemble, c’est le premier qui devra se laisser « downgrader ».
Tenter l’aventure avec des enfants en comptant sur le scandale au comptoir ne marche pas beaucoup plus, d’autant que la Compagnie sera toujours réticente à vous laisser, vous et votre petite famille, troubler la paix des usagers qui ont payé le prix fort.

 

2. Jouer sur le « Mais c’est mon anniversaire »

 

Sait-on jamais, en précisant cette information au moment du check-in, peut-être aura-t-on l’idée de vous faire un cadeau.
Vous venez de vous marier ? Prenez votre certificat de mariage avec vous. Si votre hôtesse est d’humeur romantique, elle pourra peut-être aller voir son supérieur avec le justificatif.
Au pire, vous aurez peut-être droit à une coupe de champagne ou à une autre petite faveur une fois au dessus des nuages.

 

3. Aller là où tout le monde va

 

Notamment en période de vacances, on peut faire une réservation pour une destination ultra demandée en espérant voir la classe économique surbookée et la porte de la business class s’ouvrir aux plus chanceux.
Dans le pire des cas, s’il n’y a plus de places pour vous, la compagnie vous demandera de prendre un autre vol en vous proposant un dédommagement financier (plus un ou plusieurs repas à prendre dans l’enceinte de l’aéroport en attendant, voire carrément une nuit d’hôtel). Après, tout dépend de votre flexibilité.

4. Être sympathiquement fourbe

 

Si vous achetez votre vol en agence, soyez le plus sympathique possible, le plus démonstratif, le plus motivé… Si votre travail à quoi que ce soit à voir avec l’industrie du Tourisme (ou plus largement, avec le monde des médias), dites-le… Histoire que l’on vous remarque et que l’on vous enregistre comme client à privilégier. La Compagnie aérienne pourra ne pas en tenir compte, mais cela ne vous desservira jamais.
Bien sûr, faire partie du programme de fidélité de la Compagnie et avoir sa carte de membre vous rangera d’office dans cette catégorie, sans compter tous les autres avantages dont vous pourrez bénéficier en accumulant des miles.

 

5. Choisir son avion

 

Selon le modèle d’avion, la première et la business class sont plus ou moins importantes en terme d’espace et plus il y a de place, plus vous pourriez peut-être en bénéficier. En faisant une petite recherche sur internet, vous pourrez trouver l’avion dans lequel vous aurez le plus de chance d’avoir votre trône au royaume des cieux.
Ne manquez donc pas d’essayer SeatGuru ou SeatExpert, deux applications qui vous aideront à calculer vos chances, et dans le pire des cas à trouver la place la plus confortable en économique.

 

6. Éviter les horaires de sortie des bureaux

 

Comme les rames de métro, les avions sont plus remplis dans ces créneaux là. Et vu que ceux qui voyagent pour travailler se voient souvent (mais pas toujours) payer leur trajet en business, il ne restera pas forcément de places pour vous, pauvres vacanciers.
Néanmoins, les destinations fréquentées par les hommes d’affaires (Londres, Bangalore en Inde, Hong-Kong pour en citer quelques-unes…) font partie de ces destinations où les vols sont souvent surbookés, on en revient alors au conseil nº 3.

 

7. Venir bien habillé

 

Histoire de ne pas faire tâche dans la classe tant convoitée, évitez tongs, baskets et jean troué. Pour les messieurs, l’absence de barbe sera toujours préférée, surtout en ces temps d’obscurantisme capillaire.
N’oubliez pas d’assortir votre vocabulaire à votre tenue, il vaut toujours mieux être trop poli que pas assez.

 

8. Poser la question

 

Et oui, tout simplement ! Si vous ne demandez rien, vous n’obtiendrez pas forcément grand-chose, les sièges ne vont pas vous tomber tout cuits inclinés sous les fesses. Encore une fois, évitez de faire un scandale sans aucune raison, vous risquerez de ne même pas pouvoir embarquer. N'oubliez pas de d'abord créer un relationnel avec la personne en face de vous.
Si l’on vous dit non, demandez combien coûte un tel upgrade là sur place à la dernière minute (en cash si vous voulez Madame), si ça se trouve, ce sera beaucoup moins cher que ce que vous ne le pensiez.

 

9. Avoir des amis

 

Qui travaillent dans la Compagnie aérienne dont vous allez utiliser les services, vous pouvez peut-être leur demander un petit coup de pouce.
Si vous n’en avez pas, essayer de vous en faire en trainant dans l’aéroport et en souriant à toutes les personnes qui portent les couleurs de la Compagnie en question, sait-on jamais.

 

10. Arriver tôt ou tard

 

Si arriver tôt vous permet d’avoir le temps de négocier/faire des rencontres/raconter votre vie au staff présent à la porte d’embarquement, débarquer au dernier moment vous permettra peut-être de voir la classe éco remplie à craquer et le surclassement s’offrir à vous de lui-même.
Attention, comme dans le conseil nº 3, vous risquez de ne pas pouvoir monter à bord avec les inconvénients, mais aussi les avantages, qui vont avec une telle situation.

 

Les petits trucs en plus :

 

•  Ne cochez pas végétarien, halal ou kasher dans vos préférences alimentaires, vous ne pourrez pas tout avoir à la fois. Les plats sont préparés à l’avance en fonction des demandes et il n'y aura pas ce que vous désiriez en business class, une bonne raison de ne pas vous en donner l’accès.

 

•  Si vous avez un titre (pas de noblesse, mais un truc comme Docteur, Juge ou autre), utilisez-le au moment de la réservation (ou, plus drôle, venez avec votre tenue professionnelle).

 

•  Sachez que votre billet discount sera plus difficilement upgradable qu’un billet payé plein pot.  Rien que pour éviter les vantards qui ne pourraient s’empêcher, une fois dans l’avion, de crier victoire en s’exclamant sur l’affaire de leur vie.

 

• Une fois dans l’avion, il peut arriver que l’on vous demande de changer de siège pour rendre service à un autre passager. Dites toujours oui, vous ne savez pas où cela peut vous mener !

 

• Si votre siège a un défaut (du genre gros ressort qui fait mal au dos, tablette de guingois ou climatisation bloquée sur son maximum), attirez discrètement l’attention d’un des membres du personnel d’équipage sur votre situation tout en restant poli. Qui sait, le seul siège encore disponible se trouve peut-être à l’avant.

 

• Avoir une jambe dans le plâtre ou être enceinte peut aider, à bon entendeur...

 

 


Où fait-il beau en ce moment ?

plus de soleil
Ads_border

La boîte à outils

Votre trousse à Pharmacie en voyage

La trousse à pharmacie est un...

Dans quels pays a-t-on besoin d'un visa ?

De nombreux pays exigent qu'un visa...

Quel Passeport pour les États-Unis ?

Le programme américain...

Les Bourses pour financer son voyage

Vous avez une idée de voyage...

Où partir selon la saison ?

Où partir selon la saison...
Ads_border