15 meilleures choses à faire à Rothenburg ob der Tauber (Allemagne)

Sur la route romantique de la Moyenne Franconie, Rothenburg ob der Tauber est l’une de ces douces vieilles villes qui ne semblent pas tout à fait réelles au premier abord.

Pour entrer, vous passez par un système défensif de plus de 40 tours qui sont à peu près comme elles étaient quand le roi de Suède et le comte de Tilly étaient en ville il y a 400 ans.

Ils gardent une ville idyllique de maisons patriciennes en peluche et d’habitations à colombages avec des tourelles, des baies vitrées en bois, des tuiles rouges et des jardinières fleuries.

Dans ses années de gloire, Rothenburg était une ville libre impériale, redevable uniquement au Saint Empereur romain, et l’une des dix plus grandes villes de l’Empire.

Le glorieux hôtel de ville Renaissance situé sur la place du marché résume la puissance de Rothenburg à cette époque.

Découvrons les meilleures choses à faire à Rothenburg ob der Tauber :

1. Mur de la ville

En tant que ville libre impériale, la défense était primordiale pour Rothenburg à l’époque médiévale.

La ville a conservé ses 46 tours de défense et ses quatre kilomètres de murailles couvertes, qui ont été restaurées et dotées de panneaux d’information.

Au cours d’une promenade thématique de deux heures, connue sous le nom de Rothenburger Turmweg, vous pourrez découvrir les détails techniques des différentes portes et tours, ainsi que les événements qui se sont déroulés au cours des 800 dernières années.

Il se peut que vous vous arrêtiez à quelques pas pour contempler la vue sur les toits rouges de la ville et la vallée de la Tauber.

Le Turmweg est également relié à six autres sentiers thématiques dans la ville et dans les vignobles autour de Rothenburg, vous pouvez donc laisser votre sens de la curiosité vous guider.

2. Rathaus

L’hôtel de ville de Rothenburg est divisé en deux parties : En face de la place du marché se trouve le principal bâtiment Renaissance terminé en 1578, avec une arcade baroque à sa base, un oriel de trois étages à son angle et une tour d’escalier en colimaçon au-dessus de l’arcade.

Vous avez devant vous l’une des meilleures expressions de l’architecture de la Renaissance dans le monde germanophone.

Il a été construit pour remplacer l’aile est de l’hôtel de ville gothique du XIIIe siècle qui a brûlé en 1501, l’aile ouest blanche est toujours debout et porte les armoiries impériales et municipales sur son pignon triangulaire.

Tous les jours en été et les week-ends en hiver, vous pouvez escalader la tour de guet pour quelques euros afin de contempler les toits de Rothenburg.

3. Marktplatz

Il faudrait un article entier pour relater les nombreux événements marquants qui se sont produits sur la place à côté de l’hôtel de ville.

En 1474, à cet endroit même, le territoire du Holstein a été concédé au roi Christian de Danemark par le Saint Empereur romain Frédéric III. Une autre histoire, qui peut être vraie ou non, provient de la guerre de Trente ans : Georg Nusch, le maire de la ville, est censé avoir persuadé le saint commandant romain, le comte de Tilly, d’épargner la ville en buvant une citerne de 3,25 litres de vin en guise de pari.

Ce moment est reconstitué par les automates du Ratstrinkstube, sur le côté nord de la place, sur le coup de l’heure entre 10h00 et 22h00. Un an plus tard, en 1632, le commandant adverse Gustavus Adolphus séjourne à l’hôtel de ville en passant par Rothenburg avec son armée.

4. Burggarten

Le château des Hohenstaufen, empereurs du Saint Empire romain, se trouve sur cette boucle de la Tauber, mais après avoir été abattu par un tremblement de terre en 1356, sa pierre a été recyclée pour les murs de Rothenburg.

La seule pièce restante était la Blasiuskapelle, convertie de la grande salle du château et abritant un mémorial pour les victimes des deux guerres mondiales.

En bas de la terrasse à gauche, la vallée de la Tauber s’étend et vous pouvez regarder les quartiers sud de la ville.

Et au milieu, vous découvrirez un jardin à la française des XVIIe et XVIIIe siècles, avec huit sculptures en grès, pour les quatre saisons et les quatre éléments.

Au bout du jardin, sur la rive opposée, se trouve l’étrange silhouette de la Topplerschlößchen, une tour de défense sur laquelle est collée une maison d’habitation.

5. Plönlein

S’il y a une image qui résume bien Rothenburg, c’est bien cette bifurcation de la Untere Schmiedgasse.

En regardant vers le sud, la rue se divise en deux parties, une en haut et une en bas, toutes deux entourées de maisons à colombages et de maisons en pierre.

De la fourche, vous pouvez voir deux portes du XIIIe siècle : La Siebersturm se trouve au niveau supérieur, tandis qu’à droite, au bout d’une courbe, se trouve la Kobolzellerturm, qui s’ouvre sur la vallée de la Tauber.

Au centre de la fourche se trouve le plus beau bâtiment de l’ensemble, une étroite maison à colombages avec un pignon pointu et une petite fontaine devant.

6. L’église Saint-Jacques

La principale église gothique de la ville, consacrée en 1485, a mis plus de 170 ans à être achevée.

Ses deux tours sont coiffées de flèches ornées de crochets.

Prenez le temps d’admirer les hautes et étroites fenêtres du chœur est, qui datent du 14ème siècle et qui présentent des scènes de la Passion et de la vie de Marie.

Mais avant de faire quoi que ce soit, il faut se rendre à la galerie ouest, où se trouve le phénoménal retable du Saint-Sang de Tilman Riemenschneider.

Il l’a sculpté dans les premières années du XVIe siècle et il est considéré comme l’une de ses plus grandes œuvres.

Le panneau central représente la Cène et est encadré par des motifs végétaux entrelacés d’une incroyable qualité d’exécution.

Près du sommet, la décoration du retable enveloppe une croix reliquaire datant de 1270.

7. Musée médiéval du crime et de la justice

Dans la commanderie historique de l’Ordre de Saint-Jean se trouve un musée souvent macabre qui couvre 1000 ans de crimes et leurs conséquences.

On s’intéresse particulièrement aux procès du Moyen Âge et de la Renaissance, aux méthodes de torture et de punition.

Et bien que ces divers instruments exercent une fascination morbide, on y trouve aussi beaucoup de détails éclairants sur les inquisitions religieuses et sur l’histoire de la police et des tribunaux du deuxième étage.

Ces pièces font appel à des manuscrits juridiques, à une collection de sceaux et à de vieilles gravures représentant des procès.

Au premier étage se trouve une authentique vierge de fer, ainsi que des pilori et une quantité alarmante d’appareils fabriqués spécialement pour les femmes, comme des violons de musaraigne et des brides de grondement.

Dehors, il y a un véritable “tabouret de couille”, également pour les femmes indisciplinées et les commerçants malhonnêtes.

8. Georgsbrunnen

Une autre curiosité à méditer sur la place du marché est une fontaine qui se trouve ici depuis 1446. Le monument se trouve entre l’hôtel de ville et la Fleisch- und Tanzhaus, une salle à colombages spéciale qui a été construite au-dessus de l’aile de l’hôtel de ville qui a brûlé en 1240. Quant à la fontaine, elle a été fixée sur un puits de huit mètres de profondeur et d’une capacité de 100 000 litres.

Au centre se trouve une colonne Renaissance du XVIe siècle avec, au sommet, une sculpture de Saint-Georges et du Dragon.

9. Rödertor

Un arrêt intéressant sur le chemin du mur est cette porte avec son propre complexe défensif à l’entrée sud-est de la vieille ville.

En temps de paix, le voyageur était accueilli par les deux huttes de douane aux toits pointus.

Ensuite, il y a une passerelle qui mène à la cour extérieure à colombages, qui servait de stockage et d’écuries.

De là, vous traverserez les douves pour vous approcher de la tour principale, la partie la plus ancienne du complexe datant du début du XIIIe siècle.

Cette tour était également un poste de signalisation à l’époque médiévale et, avec l’hôtel de ville, elle est l’une des deux seules tours de Rothenburg que l’on peut escalader.

L’entrée est de 1,50 € et la tour est ouverte les après-midi du week-end.

10. Schmiedgasse

La Schmiedgasse, qui se traduit par “ruelle de la forge”, descend la douce colline depuis la place du marché. Elle est jalonnée de restaurants, de cafés et de petites boutiques accueillantes dans des maisons historiques.

L’une de ces maisons est la Baumeisterhaus (maison du maître-bâtisseur) au numéro 3, datant de 1596 et nommée d’après Leonhard Weidmann, également responsable de l’hôtel de ville.

Entre les fenêtres à meneaux du premier et du deuxième étage se trouvent 14 cariatides pour les Sept Péchés capitaux et les Sept Vertus.

La Schmiedgasse a également une histoire assez sombre : en 1525, pendant la guerre des paysans allemands, Casimir, margrave de Brandebourg-Bayreuth, a rassemblé 17 meneurs locaux sur la place du marché et les a décapités.

Leurs corps ont été laissés sur la place pendant une journée et apparemment leur sang a coulé comme un torrent dans la Schmiedgasse.

11. Musée de la ville impériale

Ce musée historique est installé dans le couvent dominicain de Rothenburg, datant du 13ème siècle.

Les cloîtres gothiques sont toujours là, tout comme la cuisine du couvent, qui compte parmi les plus anciennes d’Allemagne.

Les galeries présentent une grande collection d’armes et d’armures, ainsi que des objets qui donnent une idée du quotidien à Rothenburg, comme des vêtements, des pièces de monnaie et des ornements liturgiques juifs.

Vous vous souvenez peut-être de Georg Nusch et de son pari sur la boisson qui aurait sauvé la ville ; eh bien, sa chope est l’exposition.

On y trouve également de précieuses sculptures du gothique tardif provenant des églises et des monastères de la ville, ainsi que la Passion de Rothenburg, 12 panneaux de retable peints en 1494.

12. Gerlachschmiede

Après être passé sous le Rödertor, vous vous retrouverez face à face avec cette vieille maison pittoresque construite pour la première fois sur la Wenggasse en 1469. La Gerlachschmiede est une ancienne forge avec un joli pignon triangulaire sur un porche soutenu par des poutres en bois.

C’est l’un des nombreux bâtiments du sud-est de Rothenburg qui ont été perdus lors d’un raid de bombardement en mars 1945, mais il a été fidèlement reconstruit en 1948. Un forgeron a continué à travailler ici, à fabriquer des fers à cheval, jusqu’en 1967. Sur la plaque de rue, on peut voir le marteau et les pinces de la guilde des serruriers et forgerons, tandis que les armoiries accrocheuses sur le pignon sont une nouvelle conception de 1950.

13. Tauberbrücke

Sous le flanc ouest de Rothenburg se trouve une scène tirée d’une peinture de paysage romantique.

Le Tauberbrücke est un pont à deux niveaux d’arches qui traverse les vertes prairies et les vignes de la vallée de la Tauber sur 123 mètres.

Son histoire remonte à 1330 et elle se trouvait sur une route commerciale entre les villes d’Augsbourg et de Würzburg.

Les grandes années de l’histoire du pont sont 1791, lorsque le niveau supérieur s’est effondré et a dû être reconstruit, et 1945, lorsque l’armée allemande l’a démoli pour le reconstruire entièrement en 1956.

14. Staudthof

Dans la noble Herrngasse, vous trouverez la plus ancienne maison patricienne de la ville.

Le Staudthof, qui porte le nom de la famille von Staudt, propriétaire depuis 1697, a une façade relativement modeste côté rue.

Mais une fois le seuil franchi, la splendeur de la propriété devient évidente.

Le Staudthof date du 12ème siècle, avant les murs de la ville de Rothenburg, il avait donc son propre mur de défense.

Elle comprend une cour de 120 mètres entourée d’une grange, d’écuries et centrée sur un beau jardin avec deux ifs qui poussent depuis 1678. Tout cela est une fenêtre parfaite sur le mode de vie de l’ancienne classe patricienne de Rothenburg, qui gagnait son argent non pas en faisant du commerce mais en possédant des terres.

Vous pouvez prendre contact via le site web de la propriété pour vous renseigner sur une visite.

15. Reiterlesmarkt

L’Allemagne est un endroit spécial pour Noël lorsque les marchés surgissent dans chaque centre ville.

Il en va de même pour Rothenburg, mais le marché a une qualité Disney-esque pour son arrière-plan de maisons à pignons sur la Marktplatz et ses rues communicantes.

Et si vous avez la chance d’être ici quand il neige, la ville ressemble à une carte de Noël vivante.

De plus, ce marché, ouvert du 1er au 23 décembre, remonte au XVe siècle et possède quelques traditions qui lui sont propres.

L’un d’eux est le Reiterle éponyme du marché, un cavalier teuton légendaire connu à l’origine pour recueillir les âmes des morts.

Si cela semble un peu effrayant, la bonne nouvelle est que le Reitlerle d’aujourd’hui n’est qu’un joyeux messager qui ouvre le marché chaque année.