15 meilleures choses à faire à Chimay (Belgique)

En 1486, l’empereur romain Maximilien Ier fit de la petite ville de Chimay une principauté, et déclara que son premier prince Charles Ier de Croÿ aurait le même rang que tout autre dans l’empire.

Aujourd’hui encore, Chimay est connue comme la “cité princière”, et le 21e prince réside dans l’opulent château qui s’y trouve sous une forme ou une autre depuis un millénaire.

Le nom de Chimay sonne pour d’autres raisons grâce aux moines trappistes cisterciens de l’abbaye de Scourmont.

Ils brassent la bière de fermentation haute du même nom depuis 160 ans, et produisent également une délicieuse sélection de fromages de chèvre.

Et, à une courte promenade du château, le tombeau en albâtre de Charles Ier de Croÿ, datant du XVIe siècle, est le point culminant de l’église sur la Grand-Place accueillante.

1. Château de Chimay

Chimay a grandi autour de son château médiéval, reposant sur un promontoire au-dessus de la vallée de l’Eau Blanche.

Il y avait un château à cet endroit vers l’an 1000, et la forteresse a été agrandie au 15ème siècle, puis rendue plus habitable pour la famille princière au milieu du 19ème siècle.

Le château de Chimay a également traversé de nombreuses périodes difficiles, ayant été presque rasé par Jean d’Autriche le Jeune au XVIIe siècle, subissant une période de délabrement dans les années 1700 puis un incendie en 1935. La famille de Chimay a toujours été en résidence et, depuis 2020, le Prince Philippe (21e Prince de Chimay) vit ici avec sa troisième épouse Françoise . Le château a été ouvert au public après une restauration en 2013. Vous pouvez visiter la grande salle, la salle de garde, la chapelle, la galerie de portraits et le théâtre avec un iPad à la main.

Ce théâtre de 200 places, réplique miniature du théâtre de Louis XV au château de Fontainebleau, est envoûtant et propose une saison animée de spectacles classiques.

2. Abbaye de Scourmont

Le monastère trappiste au sud de Chimay se trouve sur le plateau de Scourmont et a été créé en 1850, accompagné d’une maquette et d’une école pour les orphelins et les enfants délinquants.

Les moines ont commencé à brasser des bières de haute fermentation en 1862, et aujourd’hui Chimay est là-haut avec les étiquettes les mieux cotées au monde.

Les trois principales variétés sont la Red (dubbel), la très appréciée Blue ou Grande Réserve et la Chimay Triple dorée et houblonnée.

Il y a aussi Chimay Dorée, un “patersbier” destiné uniquement à être consommé par les moines de l’abbaye, mais occasionnellement disponible en tirage spécial.

L’abbaye produit également depuis 1876 une gamme de fromages de chèvre, dont le Chimay à la bière, dont la bague est trempée dans la bière de Chimay.

Le circuit au départ de L’Espace Chimay (plus bas) vous fait découvrir une exposition moderne, avant une promenade interactive dans le jardin de l’abbaye, l’église (1950) et le cimetière des moines.

3. L’Espace Chimay

La brasserie elle-même est située à l’abbaye de Scourmont mais n’est pas ouverte au public.

C’est donc à l’auberge Poteaupré, à l’est de la forêt de l’abbaye, qu’il faut rendre hommage à la bière et aux fromages trappistes de Chimay.

Une exposition multimédia actualisée révèle 160 ans de secrets, d’histoire et de splendeur.

Il y a des modules interactifs au fur et à mesure, comme un placard à ingrédients, un jardin d’herbes aromatiques, une maquette animée de l’abbaye.

Et à la fin de la visite, après avoir fait le tour du parc, vous recevrez gratuitement un verre de 250 ml de bière de Chimay.

Et bien sûr, il y a la boutique où vous pouvez vous procurer certaines des meilleures bières du monde et découvrir les meilleurs pairigs bière-fromage.

4. La Collégiale Saints-Pierre-et-Paul

La terrasse de la Grand-Place est présidée par une église considérée comme l’une des plus belles de la province du Hainaut.

La partie la plus ancienne du bâtiment est le chœur de 1250, dans un style gothique typique des villes de Soissons et Laons du nord de la France (Chimay était alors contrôlée par les comtes de Soissons). Le reste du bâtiment, à l’exception de la tour baroque du XVIIIe siècle, est de style gothique hennuyer, datant du XVe siècle et réputé pour sa sobriété.

Cherchez le tombeau en albâtre de Charles Ier de Croÿ (1455-1527), le premier prince de Chimay, mais aussi le parrain du Saint Empereur romain, Charles Quint.

Dans cette tour se trouve un carillon de 26 cloches (curieusement sans mi bémol), dont la plus ancienne a été coulée au XVIIe siècle.

5. RAVeL Ligne 156

À partir du milieu du XIXe siècle, la Wallonie s’est dotée de tout un enchevêtrement de lignes de chemin de fer, dont beaucoup ont survécu un siècle plus tard.

C’est le sort de la ligne 156, reliant Hermeton-sur-Meuse à la ville d’Anor en France, via Chimay.

Elle a été construite principalement pour desservir les carrières de calcaire bleu de la région, comme celles de Wallers-en-Fagne.

Aujourd’hui, seul un petit tronçon est utilisé comme ligne de chemin de fer.

Entre Aublain, à 10 kilomètres à l’est de Chimay, et la frontière française à Momignies, il y a une voie verte pavée sur la voie ferrée, principalement pour les cyclistes mais aussi pour les marcheurs.

Le chemin traverse un paysage verdoyant de haies agricoles et de forêts, et passe par d’anciennes stations préservées.

Depuis Chimay, vous pouvez également emprunter la ligne 109/2 nord-sud, qui va jusqu’aux rives de la Sambre, à 35 kilomètres au nord de Thuin.

6. Lac de Virelles

Devenu un lieu de loisirs et une réserve naturelle, le lac de Virelles, au nord-est de la ville, a été façonné par l’homme au fil des siècles.

Cette terre était marécageuse jusqu’en 1580, date à laquelle un barrage a été construit pour créer un réservoir destiné à alimenter l’industrie métallurgique locale.

Le lac de Virelles, avec ses zones humides et ses berges boisées, est un lieu de promenade, d’observation des oiseaux et de location de pédalos pour une petite balade sur l’eau.

Il y a un parc de loisirs, Aquascope Virelles (plus loin), un camping et un sanctuaire réhabilitant les animaux sauvages malades et blessés.

Une curiosité à surveiller est un pavillon du XIXe siècle lié à la muse socialiste et révolutionnaire française, Thérésa Tallien (1773-1835), qui a épousé le prince de Chimay en 1805.

7. Aquascope Virelles

Sur la rive sud se trouve une attraction axée sur la nature, qui montre l’abondance naturelle du lac et l’intérêt qu’il porte à la faune et à la conservation.

Le seul couple de cigognes de Wallonie se rend chaque été sur le lac, et des caméras en direct permettent d’observer ces oiseaux sur le lac ou dans leur nid sans les déranger.

Il y a également des tours de guet et des peaux d’oiseaux autour du parc, ainsi qu’un parcours de découverte, un rucher éducatif, un jardin d’espèces végétales sauvages, une grande aire de jeux pour les enfants et une brasserie avec une terrasse panoramique.

8. Source de l’Oise

Dans le Bois de Bourlers, à dix minutes en voiture du centre de Chimay, prend sa source l’Oise, qui coule vers le sud-ouest sur 341 kilomètres avant de rejoindre la Seine à l’ouest de Paris.

Depuis toujours, la vallée de l’Oise a été la voie la plus facile pour les envahisseurs du nord qui attaquaient Paris.

L’Oise a été immortalisée par certains des plus grands artistes, dont des membres de l’école de Barbizon comme Charles-François Daubigny, et les impressionnistes, Paul Cézanne, Camille Pissarro et Vincent van Gogh, qui sont morts à Auvers-sur-Oise, dans la banlieue parisienne.

Cette célèbre rivière, qui définit le paysage du nord de la France, prend sa source dans un bassin circulaire rustique en pierre.

En été, il peut s’agir à peine plus qu’un trou boueux dans le sol.

Sur le mur du dessus se trouve un tableau traçant le cours de l’Oise vers la Seine, montrant toutes les villes qu’elle traverse en cours de route.

L’office de tourisme de Chimay a également aménagé un sentier de randonnée de quatre kilomètres pour la source, traversant un paysage qui alterne entre calcaire et grès ferrugineux.

9. Circuit de Chimay

À partir de 1926, un célèbre circuit de rue pour les courses automobiles a été aménagé autour de Chimay, organisant le Grand Prix des Frontières jusqu’en 1972, ainsi que des rallyes d’élite et des épreuves de motocyclisme jusqu’aux années 90.

Le premier circuit de Chimay était long de plus de 10 kilomètres et extrêmement rapide, avec de longues lignes droites et de larges virages.

Cela a contribué à sa disparition en tant que parcours d’élite, en raison de vitesses moyennes absurdes et du manque de protection des spectateurs.

Plusieurs accidents mortels ont eu lieu sur le parcours, le plus récent en 2014. Le Grand Prix des Frontières était un événement de Formule 1, en 1949 et 1954, mais pendant la dernière décennie, il a été une date du circuit de Formule 3.

Depuis les années 90, le Circuit de Chimay s’est transformé en un parcours plus court (4,5 km) et plus technique qui met encore en valeur la beauté naturelle de la campagne ardennaise.

Elle continue également à faire partie du réseau routier de Chimay lorsqu’il n’y a pas de course.

L’événement principal du calendrier est la Classic Bikes Chimay de juillet, qui fête son 30e anniversaire.

Au centre de l’événement, un défilé sur le parcours original du Circuit de Chimay et un grand concert le samedi soir.

10. La Vieille Tour

À l’extrémité ouest de la rue de Virelles, au centre de Chimay, se trouve le morceau le mieux conservé des anciennes fortifications de la ville.

Ces défenses ont été élevées au XIIIe siècle, mais elles ont été anéanties par les guerres et les sièges des XVe, XVIe et XVIIe siècles.

La Vieille Tour, une tour d’angle ronde, a été avalée par la ville, et se détache comme un pouce endolori entre deux maisons conventionnelles.

Il s’agit depuis longtemps d’une propriété commerciale, et des photos en noir et blanc attestent de la présence d’un café au rez-de-chaussée.

Lorsque nous avons écrit cet article, la tour était à l’abandon et derrière une barrière métallique, mais des plans sont en cours pour donner une nouvelle destination au bâtiment.

En attendant, c’est un curieux vestige du passé violent de Chimay.

11. Marché de Noël

Dans la période précédant Noël, normalement le deuxième week-end de décembre, le vieux centre de Chimay se transforme pendant deux jours en un véritable paradis hivernal.

De la cour du château à l’est jusqu’à la Grand-Place, il y a plus de 70 stalles, chacune construite comme un petit chalet et placée sous des lumières scintillantes.

Sur les stands, vous pouvez vous procurer des objets d’art et d’artisanat faits à la main, des jouets, des décorations, des délices régionaux et des plats réconfortants alléchants.

Naturellement, la bière de Chimay sera à bord, et il y a beaucoup de choses à faire pour vous divertir, comme des concerts, du théâtre de rue, des cracheurs de feu, un manège d’époque et bien d’autres choses encore.

12. Petit Train Touristique

Maintenant, si cela ne vous dérange pas de faire du tourisme, le train routier qui part de Grand-Place est un moyen assez utile pour se déplacer et voir les sites.

Sur le chemin du château de Chimay et de son parc, vous longerez la rivière Eau Blanche, via le Maillon Vert. Depuis le château, le train met le cap sur le village de Virelles avant de faire une boucle vers le vieux centre de Chimay.

13. Couvin

Pour la petite histoire, c’est dans cette commune à l’est de Chimay que la marque de raquettes de tennis Donnay a été fondée en 1910. En ce qui concerne le tourisme, Couvin a beaucoup de choses à faire.

D’une part, le paysage calcaire accidenté est criblé de grottes.

Vous pouvez visiter les Grottes de Neptune, découvertes en 1930 et s’étendant sur plus de 1 600 mètres.

Le Chemin de Fer à Vapeur des Trois Vallées est une ligne patrimoniale qui traverse 14 kilomètres de campagne hennuyère depuis Mariembourg, avec neuf locomotives à vapeur opérationnelles dans son parc.

Et enfin, si vous êtes sur la piste de la bière, la Brasserie des Fagnes est une brasserie moderne qui a repris le site de l’ancienne Brasserie Degauquier de Chimay, en production de 1858 à 1977. Venez faire un tour et goûter à la nouvelle brasserie : Brune, Blonde, Tripel et bière aux cerises.

Il y a aussi un espace muséal qui conserve les équipements et les fûts de l’ancienne brasserie, ainsi qu’un camion de livraison Citroën d’époque.

14. Musée du Marbre

Du XVIe siècle jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le marbre extrait à proximité, en Rance, était très convoité pour les colonnes, les pilastres, les placages, les dallages, les escaliers et les cheminées.

Géologiquement parlant, le marbre de Rance est en fait un calcaire récifal du Dévonien, principalement rouge, avec des rayures grises, des veines blanches et des taches bleutées.

Les carrières de Rance étaient exploitées depuis l’Antiquité, mais le marbre de Rance est devenu désirable dans toute l’Europe à partir du XVIIe siècle, lorsqu’il a été utilisé pour le château de Versailles.

Il apparaît sur le portique de la Cour de marbre et comme décoration murale intérieure le long de la légendaire galerie des glaces.

Les carrières de la Rance ont fermé dans les années 1950, mais un musée maintient ce patrimoine marbrier en vie.

L’exposition étudie le marbre sous différents angles, notamment la géologie, l’histoire sociale, le métier de tailleur de pierre et l’utilisation du marbre dans les beaux-arts et les arts appliqués.

Il y a une exposition de pièces de marbre de Rance et des expositions temporaires occasionnelles.

15. Bunker Hitler Brûly

En juin 1940, Adolf Hitler dirige la phase finale de la bataille de France depuis un bunker du hameau de Brûly-de-Pesche.

L’histoire du site témoigne de l’efficacité inquiétante de la Wehrmacht à cette époque.

En mai, une vingtaine de colonies de la région ont été évacuées.

La construction du quartier général d’Hitler, nom de code Wolfsschlucht (Gorges du loup), a commencé le 24 mai, et le complexe de deux chalets, deux bunkers, une rotonde et un réservoir était prêt au moment où il a emménagé le 6 juin.

Il y restera les 22 jours suivants, au cours desquels il recevra la démission de Philippe Pétain et rédigera l’acte de capitulation de la France dans l’église de Brûly-de-Pesche.

Tous les bâtiments, à l’exception des deux bunkers, ont été détruits après la guerre, mais les chalets ont été reconstruits comme des espaces d’exposition consacrés à une étape importante du conflit.

Vous pouvez regarder un film et voir des photos qui enregistrent l’occupation allemande du Hainaut, tandis qu’un des chalets couvre la Résistance locale, cachée dans la forêt pour les trois prochaines années.